retour sommaire
VANT-PROPOS

Choc ?

Le Titanic est-il devenu fou ?

 

 

 

 

 

A moins que la vache ait eu envie de piquer une tête dans l'océan glacé à 50 km/h ?

Histoire de voir si l'eau était bonne ?

Ce qui a choqué l'opinion publique et ce qui nous frappe toujours - car l'histoire manipulée semble se répéter - ce n'est pas tant le nombre de personnes qui sont mortes dans des conditions atroces, ce n'est pas tant le mensonge qui entourait le Titanic, témoin de l'orgueil des hommes et réputé insubmersible, non !

Ce qui nous est odieux c'est la pensée que les valeurs morales (comme le respect de la vie humaine) ont été bafouées, qu'un petit groupe de gens aient pu sacrifier tant de personnes innocentes à la recherche du profit.

Emotion ?

Pourquoi l'histoire du Titanic m'a-t-elle si profondément bouleversée ?

Pourquoi des millions de gens l'ont été aussi et bien avant moi ?

Cette histoire remonte pourtant à 86 ans en arrière, l'espace de quatre générations. Il me semble cependant que c'était hier et que j'étais sur ce bateau. Même Alfred Adler, ce grand psycho-thérapeute, fut impressionné par la catastrophe du naufrage et comme moi fit des cauchemars. Comme moi, il s'identifia aux passagers :

"Brusquement je compris la cause de mon réveil, nous écrit-il. Le Titanic avait sombré à deux heures trente. J'avais participé à ce voyage pendant mon sommeil, je m'étais identifié avec la terrible situation des naufragés. Par deux fois la nuit, je m'étais réveillé à l'heure de la catastrophe ! La seconde nuit mes pensées s'orientèrent vers la recherche d'un moyen permettant de se sauver d'une situation semblable et de pouvoir tirer les autres du péril... Je me trouvais en train de chercher un moyen pour me sauver et je recréais la situation significative, afin de préparer ma défense et d'être prêt au combat : identification avec une situation de danger extrême et profonde réflexion !"

 

86 ans après les cauchemars d'Alfred Adler, les miens naissaient avec leurs messages à décoder.

Adler cherchait à sauver tout le monde et il est devenu médecin et psychiatre afin de vaincre la mort et la peur de la mort.

J'aurais aimé avoir envie de sauver tout le monde, moi aussi, et dans mes rêves, sans doute, cette idée m'a-t-elle effleurée.

Mais je reste persuadée que le naufrage du Titanic a un sens, que la mort a une signification.

Je ne suis pas habilitée à refaire l'histoire qui a certainement un but, but qui ne nous est sans doute pas permis de connaître et surtout de comprendre, nous, pauvres mortels.

Mais j'ai douloureusement res-senti une injustice, une révolte devant le cruel destin de ce couple qui n'a finalement existé que dans notre cœur avant d'y mourir.

Alors, après des heures de réflexions nocturnes, j'ai conclu que puisque Dany Ryan était mort pour tout le monde (un peu comme s'il n'avait jamais existé), puisque mon projet n'était pas censé avoir d'incidence sur le futur, puisqu'un être comme lui, si insignifiant économiquement, socialement, historiquement, pouvait revenir à la vie sans vraiment créer un autre passé donc un autre présent, j'ai éprouvé le désir impérieux de le ramener vers la chaleur.

Guidée par mon émotion, je me suis prise pour Orphée, et j'ai voulu arracher ce jeune homme aux ténèbres de cet océan glacé.

Pouvais-je prévoir ce qui allait se passer ?

Tout le monde a un destin et le sien n'était pas avec moi. Le mien, je le sentais, je le savais, était de le ramener à Vivian. Je n'étais qu'un instrument au service de la vie, de la vie passée, et par dessus tout de la vie présente.

Ma vie et la sienne à travers James que j'aimais, sans le savoir, depuis la nuit des temps.