REMERCIEMENTS

Je souhaite ici remercier toutes les personnes, et Dieu sait si elles sont nombreuses, qui m'ont aidée à écrire ce roman.

Tout d'abord, mon mari pour sa patience et son réalisme. Je lui dois ses souvenirs de marin en mer du Nord. Toute ma famille qui a lu, corrigé et apprécié cette oeuvre.

Odile Debione, de Marseille, professeur de français qui a eu la gentillesse de corriger toutes mes fautes.

Real L'heureux, du Québec, internaute, qui m'a toujours encouragé à poursuivre mon combat pour finir ce roman et l'éditer. Il est avocat à Montréal et m'a donné des conseils. Il trouvait que le personnage d'Ingrid n'était pas assez cruel. Alors je me suis imaginée avec ma chef dans le mont Sinaï et il a adoré ce que j'avais inventé, la façon dont j'avais mis de la consistance à ce personnage.

Lionel Nadaud de Paris, ingénieur à la retraite, et psychothérapeute adlérien, qui m'a décrit un centre de recherche et m'a encouragé dans la poursuite du roman.

Bertrand Gervais, Breton, (étudiant) fan de James Cameron dont je vous conseille l'excellent site et qui a lu mon roman et l'a critiqué comme s'il était James Cameron en train d'en faire un film. C'était génial.

Robert Bourgeois de Namur (Belge, Wallon) pour ses encouragements.

Bernard Frogneux, (Belge, Wallon) qui a eu la gentillesse de me traduire le résumé en anglais.

Elisabeth Q (Washington) qui m'a traduit en français la lettre de la xxème century fox.

Eddy Van Der Mark (Hollandais) qui a eu tenté d'en lire une partie et m'a encouragé à continuer.

Gilles Monniaers (dit Gillou) , pour ses conseils techniques. Son aide et son soutien m'ont été précieux.

Donald Landry (70 ans) de la Nouvelle-Orléans qui m'a beaucoup amusé avec son traducteur et les écureuils qui mangent des écrous (noisettes). Merci pour sa description de la ville, du climat, de la température ce 24 décembre 1907...

Philippe Mazeau, de Toulouse, ingénieur en aéronautique, pour ses explications sur l'espace temps. J'ai adoré la queue du chien qui vieillissait moins vite que le chien.

Marc Boninchi, étudiant en droit à Lyon, pour notre fabuleuse conversation sur l'espace temps et Hitler que j'ai intégré au roman. Marc m'a battu, il a vu le film au cinéma en 1998, 11 fois.

Ben Gens, de Nice, pour sa jeunesse et son goût du cinéma.

jMarie-France Bartels, USA, pour ses renseignements sur Molly Brown

Estelle Ramadamour, lycéenne, qui a préféré de loin mon roman que les Confessions de J.J. Rousseau !

Tom Cohen pour m'avoir permis de rentrer en contact avec James Cameron.

Annick Tiphaine, pour m'avoir permis de rentrer en contact avec la XXème Century Fox de Los Angeles.

Tous ceux et celles qui ont lu m'ont livre et m'ont encouragé à poursuivre.

 

 

 

retour sommaire